"Il n'est jamais trop tard pour bien faire"    

Martin Luther King Jr.


Plusieurs Canadiens et Canadiennes à la retraite ont la mauvaise surprise d’apprendre qu’il existe des lois au pays qui peuvent laisser leur conjoint(e) dans la misère. Leur surprise est encore plus grande d’apprendre que ces lois trouvent leur origine dans la Guerre civile américaine!

Au tournant du 20e siècle, de jeunes femmes épousaient des anciens combattants de la Guerre civile de 1861-1865 afin de profiter de leurs pensions. Le gouvernement des États-Unis adopta donc une loi pour empêcher ces mariages « à l’article de la mort » et y référa comme la « Loi des croqueuses de diamants.

En 1901, le gouvernement canadien adoptait une approche similaire dans la  Loi sur la pension de la milice. Cette loi canadienne permettait au gouvernement de refuser les bénéfices de la pension de leur mari aux veuves qu’il jugeait ne pas la mériter. De nos jours, la pension au conjoint survivant d’un(e) militaire est refusée si le mariage a eu lieu après l’âge de 60 ans. Cette restriction a depuis été étendue à d’autres employés du gouvernement, dont la Gendarmerie royale du Canada.

Et les gouvernements successifs ont inclus des clauses semblables dans d’autres lois afin d’exclure les conjoint(e)s d’une union survenue après la prise de la retraite, ce qui affecte un plus grand nombre de Canadiens et Canadiennes des secteurs publics et privés.

Ces lois visant les « croqueuses de diamants »  pouvaient avoir leur raison d’être il y a 114 ans, mais elles sont aujourd’hui archaïques et inéquitables.

Notre objectif

Nous cherchons à obtenir l'abrogation de toutes les lois fédérales qui nient aux conjoint(e)s survivant(e)s les bénéfices d'une pension parce que l'union a eu lieu après que le/la pensionné(e) eut atteint 60 ans ou après la retraite.

Notre coalition est formée d'organisations représentant présentement plus de 5,2 millions de personnes.

Elle comprend des retraités des Forces canadiennes, des associations de retraités, des syndicats, des groupes de citoyens âgés et autres groupements qui souhaitent protéger les droits et les intérêts des retraité(e)s et de leurs conjoint(e)s.